EventsVENICE

LE MONDE VOUS APPARTIENT – PALAZZO GRASSI, VENICE, ITALY


LE MONDE VOUS APPARTIENT
2 June – 31 December 2011
PALAZZO GRASSI, VENICE, ITALY

François Pinault Foundation ouvrira au printemps 2011 deux nouvelles expositions à Punta della Dogana et à Palazzo Grassi, à Venise.

Le commissariat de ces deux expositions est confié à Caroline Bourgeois.

Punta della Dogana présentera, à partir du 10 avril 2011, l’exposition Eloge du doute. Elle rassemblera pièces historiques et productions nouvelles, dont plusieurs projets spécialement conçus pour le site, autour de l’idée du trouble, de la remise en question des certitudes sur l’identité, sur le rapport à l’espace de l’intime et à l’espace de l’œuvre.

De la vingtaine d’artistes présentés dans Éloge du doute, près de la moitié n’a encore jamais été montrée dans les précédentes expositions de la Collection François Pinault.

Avec l’exposition Le monde vous appartient, Palazzo Grassi proposera une autre remise en question, celle des limites traditionnelles de la géographie de l’art, de notre rapport à l’autre et au monde. Présentée à partir du 2 juin 2011, son ouverture coïncidant avec celle de la Biennale d’art contemporain, elle rassemblera les œuvres d’une quarantaine d’artistes de 20 pays dont la plupart n’ont jamais été montrées dans les précédentes expositions de la Collection François Pinault.

Pour François Pinault, « ces deux expositions proposent deux points de vue spécifiques et complémentaires sur l’art comme puissance visionnaire. La sélection faite par Caroline Bourgeois témoigne de l’extraordinaire capacité des artistes d’explorer notre rapport à nos propres interrogations, et notre relation à l’autre».

Caroline Bourgeois a été commissaire de nombreuses expositions, parmi lesquelles l’Argent, Joan Jonas, Valie Export, Cao Fei, Adel Abdessemed, Loris Gréaud, … ainsi que de plusieurs expositions de la Collection François Pinault, Passage du temps, à Lille, Un certain état du monde, à Moscou, Qui a peur des artistes?, à Dinard.

L’exposition Mapping the Studio, qui a d’ores et déjà accueilli plus de 400 000 visiteurs, fermera ses portes à Punta della Dogana le 10 janvier 2011, et à Palazzo Grassi le 4 avril 2011.

Press office:
International
Claudine Colin Communication
28 rue de Sévigné – 75004 Paris
Tel : +33 (0)1 42 72 60 01 / Fax : +33 (0)1 42 72 50 23
Eva Astaburuaga Dalla Venezia/Constance Gounod
eva@claudinecolin.com/constance@claudinecolin.com

..)(..

PARCOURS DE L’EXPOSITION LE MONDE VOUS APPARTIENT PAR CAROLINE BOURGEOIS,
COMMISSAIRE
L’exposition Le Monde vous appartient invite le public à explorer les univers d’artistes d’origines diverses et propose une réflexion sur le rythme vertigineux des bouleversements du monde moderne nourris par le nomadisme, le cosmopolitisme et le métissage.
S’inspirant de la démarche prospective de François Pinault, l’exposition tend à ouvrir le champ des connaissances possibles pour offrir une lecture originale de la société contemporaine. Venant des quatre coins du monde – depuis la Chine jusqu’en Afrique du Sud, depuis la France jusqu’au Japon, depuis l’Italie jusqu’en Irak, depuis les Etats-Unis jusqu’en Russie – les 40 artistes présentés défendent tous des positions singulières sur les chambardements du monde, les crispations qui en découlent et les espoirs qu’ils portent.

L’exposition s’articule autour des thèmes majeurs de l’histoire présente – depuis la désintégration des symboles, jusqu’aux tentations de repli et d’isolement en passant par l’attrait de la violence ou de la spiritualité dans un monde troublé et globalisé. Chaque artiste est présenté dans un espace dédié et cependant ouvert aux autres grâce aux passages et aux perspectives propres au lieu.
Deux oeuvres emblématiques signalent tout d’abord les deux grandes directions de l’exposition : le grand vautour de Sun Yuan & Peng Yu, Waiting, 2006 , comme la métaphore des menaces, des peurs et des prédateurs, et L’Homme Pressé, 2011 de Thomas Houseago, comme symbole de la foi dans le pouvoir même de l’homme.

En se déployant sur l’espace de l’Atrium, Contamination, 2008-2010, de Joana Vasconcelos représente les porosités et les interactions incontournables entre les cultures d’un environnement global avec une explosion d’éléments et de couleurs, comme un hymne au métissage.
Un métissage porté par la désintégration des modèles et des utopies passés à l’instar de la chute d’un certain style de société en Iran avec Farhad Moshiri, de la torture médiatisée avec les peintures d’Ahmed Alsoudani, de la permanence de la perplexité naïve chez les hommes avec la poétique sculpture de Friedrich Kunath, de la monumentalité démodée des grandes figures communistes avec les tableaux de Zhang Huan, du dénuement de la riche culture africaine et afro-américaine avec El Anatsui et David Hammons, de la menace terroriste avec l’oeuvre de Huang Yong Ping, de l’apocalypse annonciatrice du monde post-humain avec Loris Gréaud et Matthew Day Jackson, des réalités des cadres de vie et des utopies effondrées avec Cyprien Gaillard, de l’obsolescence de la société touristique avec Yto Barrada, du poids du passé soviétique avec Adrian Ghenie, Sislej Xhafa, Sergey Bratkov et Boris Mikhailov, de la culpabilité individuelle avec Philippe Perrot, du retour d’une nature brute avec Zeng Fanzhi, Nicolas Hlobo, Yang Jiechang.

Le voyage continue avec l’impossible représentation du monde en compagnie de Bruly Bouabré et Alighiero Boetti, soulignée par l’absence de spontanéité voire de la réalité médiatique avec Jonathan Wateridge et David Claerbout, et Francesco Vezzoli, par la faillite du réel avec les sculptures d’Urs Fischer, par la fragilité et la pauvreté avec les oeuvres de Sigmar Polke, par la décomposition de l’idée symbolique de la famille avec Charles Ray, par la précarité de la situation des femmes avec les peintures de Marlene Dumas, par la solitude et l’impuissance de l’homme avec Giuseppe Penone, par l’absence de rupture dans l’histoire avec Takashi Murakami, par le décor comme référent social avec Rudolf Stingel, par le besoin d’humour et d’humilité avec
Maurizio Cattelan, et enfin par une expérience spirituelle avec Lee Ufan.
Cette exposition transcende les origines culturelles, les générations et les époques. La spécificité architecturale du Palazzo Grassi accentue le propos en offrant une vision quasi-panoramique des oeuvres proposées tout en permettant une infinie variété d’expériences artistiques.
Caroline Bourgeois

 

 

Previous post

FINAL HAITI PAVILION LAST CHANGE TO SEE - 54TH LA BIENNALE DI VENEZIA

Next post

PAVILION OF IRAQ, 54TH INTERNATIONAL ART EXHIBITION LA BIENNALE DI VENEZIA

No Comment

Leave a reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *